Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Siwel-iyi-d tamacahut -1997-

NOTHING FOUND!

Siwel-iyi-d tamacahut

âku-yi-d taqsié
Meεni γur-em kan
Γas ma tesseàzan
Ad tfak akken ilha
âku-yi-d taqsié
N-wasmi ussan
Nitni akkw d wuÑan
Sεedlen nnuba
âku-d γef yetran
Amek i d-ttεassan
Γef-widak yelhan
Yesεan nneyya
Siwel-iyi-d tamacahut !

âku-yi-d taqsié
N-wid amek akken
Ilemêi d tlemêit
Asmi mmiàmalen
âku-d amek akken
I teÑra yid-sen
Anwi aεdaw-nni
D-izgan gar-asen
Nnuγen ferqen
Ferqen mi nnuγen
Mi ferqen mcedhan
Uγalen mlalen
Siwel-iyi-d tamacahut !

âku-yi-d taqsié
N-wefrux di lεecc-is
Netta d warraw-is
Éicen di ttejÂa
Mi d-yeγli yiwen
Yettraju-t wuccen
Baba-s yettàeyyeÂ
Ur yezmir i kra
Yeêra-t-id lmelk
D izem i t-id-yerra
Iàureb γef mmi-s
Yuγal akken illa
Siwel-iyi-d tamacahut !

Taqsié-nniÑen
Tin akken n-waγzen
Mi-yuker taqcict
D weqcic, yewwi-ten:
Mi-yewweÑ yeεya
Yeγli di tnafa
Kkren-d s tuffra
Armi das-rewlen
Mi d-yuki waγzen
Yettabaε-iten
Yeγli di tesraft
D netta i-yettwaééfen
Siwel-iyi-d tamacahut !

âku-yi-d taqsié
Aql-i usiγ-d εyiγ
Seg-wayen d-êriγ
Ur t-bγiγ ara
Taqsié anda llan
Widak i-yelhan
âku-yi-d taqsié
Ara yfakken akken ilha
Akken ad steεfuγ
âku-d ad àluγ
âku-d ad ttuγ
Ayen i xedmeγ ass-a
A m-d-àkuγ i xedmeγ ass-a !

Uqbel a m-d-àkuγ
Rju ad am-iniγ
ad teêreÑ amek i lliγ
ëer kan d acu-yi
Ur yelli waγzen
Ur yelli wuccen
Neγ lewàuc-iÑen
Ara d-yasen nnig-i
Lewàuc i-yellan
I widen yeêran
Ar γur-i i cuban
Neγ d nekkini
A m-d-àkuγ i xedmeγ ass-a !

A m-d-àkuγ ass-a
Mi diyi-d-ssawlen
Wid i diyi-àekmen
Di ccγel i xeddmeγ
Mlan-i yiwen
Seg-widak kerhen
Ceyyεen-i akken
Yid-s ar ad-ceγleγ
Mi t-γeÑleγ meskin
S snat-teråasin
Netta ur d-iyi-yessin
Nekk ur t-ssineγ
Siwel-iyi-d tamacahut !

Amedyaz

Yekker umedyaz yettaru
Yewwi-d asefru
Iåeggem-it-id, yenna-yas :

Yekfa laman di lγaci
Yiwen ur d-yeggwri
Xeråum a d-yefdu wayeÑ
Win testeqsaÑ, a k-yini
Lukan am nekki
I gan leεbad, ad tferàeÑ
Mazal nettnadi ur nufi
A lεebd aåeàài
Mel-aγ-d anida teffreÑ

Kkren-d akkw wid i s-yeslan
Qesden-t s wurfan
Nnan-as beddel asefru.
Yekker umedyaz yettaru
Iεawed asefru
Iåeggem-it-id, yenna-yas :

Neàåel s ani ara nuγal
Tiwwura d uzzal
Tin telliÑ medlent snat
Nlul-ed deg-yir làal
Wissen ma nuklal
Si yal d leεÜeb nwala-t
Yeγli si lmizan wawal
Yerêa-yaγ ccwal
Nenéer, abbuh a lxalat !

Kkren-d akkw wid i s-yeslan
Qesden-t s wurfan
Nnan-as beddel asefru
Yekker umedyaz yettaru
Iεawed asefru
Iåeggem-it-id, yenna-yas :

Ur tban ma d lfetna
Ur tban lehna
Wi-yettwten wi-yekkaten
Mi ara yili tγab lefhama
Wa wer yeεqil wa
D ddreε ara d-isewwqen
D lemkwaàel sya-w-sya
Nekwni di ttnaåfa
S yifassen-nneγ d ilmawen

Kkren-d akkw wid i s-yeslan
Qesden-t s wurfan
Nnan-as beddel asefru.
Yekker umedyaz yettaru
Iεawed asefru
Iåeggem-it-id, yenna-yas :

Nekkat deg wid γ-iàekmen
Ma s tidett nwezzen
Nuklal imÑebbren nesεa
D nekwni i dasen-iεemmden
Akken ad srewten
Nessasay-ed tiyita
Ccah ! d nekwni i-yÑelmen
Win i daγ-yewten
Yelha uεekkwaz i s-nefka

Kkren-d akkw wid i s-yeslan
Qesden-t s wurfan
Nnan-as beddel asefru.
Yekker umedyaz mi yerfa
S kra i d-yessefra
IÑegger-it merra iεawed-as
I wakken a s-ğğen lehna
S kra i d-yessefra
Ibeddel-it-id yenna-yas :

çeggmen-aγ wussan
Lγaci akkw lhan
Wi γ-yesbezgen a kwen-iÂuc
Ijeğğigen fsan
Lγaci akkw zhan
Seàmu-d éébel a Éliluc

Laman di lγaci
Yella, si zik neqqar-it
Lεebd ur nelhi
Ur yesεi amkan di ddunit
Iåeggem kulci
Seàmu-d éébel senéeq-it

Nebded ur nmal
Neγleb leεjeb ma nwala-t
Tiwwura n wuzzal
Tin yemdeln a d-nelli snat
D rrbeà i nuklal
Leεbemt-tt-id a lxalat

Wa wer yekkat wa
Di tmurt-nneγ d atmaten
çeggmet ÂÂeàba
Nekwni an-nezhu gar-awen
LbaÂud lehna
ÉemmÂet-aγ-d ibeckiÑen

A wid γ-iàekmen
Yyaw ad tezhum yid-neγ
Bezzaf i εetben
I la xeddmen fell-aneγ
Ass-agi ad feràen
A tt-id-leεben gar-aneγ

Aseggwas

A widak yeγran
Ig àettben rennun
Melt-aγ-d ayen illan
D acu i γ-yettrağun
Ur yelli wi iêran
Ayen i d-iteddun
Neqbel ayen iÑran
Nugwad ara yeÑrun

A widak yeêran
Di temsal ferrun
Azekka n-wussan
Amek i s-ttàulfun
Ur yelli wi iêran
Ayen d-iteddun
Neqbel kra i d-nnan
Nugwad i d-rennun

A wid ur neggan
Deg-wzal ttargun
Steqsit itran
Ma a wen-tt-id-frun
Ur yelli wi iêran
Ayen d-iteddun
S ayen d-innulfan
D acu ara d-yennulfun

A widak yeslan
Di lkaγeÑ srusun
Nesteqsa-ten kan
Acimi ttarun
Nnan-d i lukan
Wigad la yettrun
Ass-a yakkw cfan
Azekka ad ttun

Asiwel

A wid iεebden ttexmam
Rret-d leğwab nessawal
Yeεreq webrid ar wexxam
Acu i γ-yesxerben lecγal
Axrab yekka-d s at éélam
Widak i wen-ifka làal
Di leàbas n làal
Nγan ååwab at ccwal

A wid i d-yugmen si llsas
Yettwalin mebγir allen
Melt-aγ lleεb n tiddas
Aqerreb ara daγ-d-issukksen
Mi ara yili uqerreb n-yiw-wass
Tettwexxirem s yumayen
Imi tleεεbem kan
S tiddas ay d-snulfan

A wid iεebden tidett
Melt-aγ di lefhama nxuå
Melt-aγ ma a γ-tebru tcerkett
Skedd lğiha ur nεus
Akken a wen-tebru tcerkett
Sεut tasa gezmet afus
Afus i tàemmlem
Mi kwen-yurez tettwaééfem

A wid iεebden temêi
I wungif teğğam temγer
Kkset talaba i yesγi
Rret-tt i lbaz a t-teååer
Ahat a d-yas wass-nni
Ayla-nneγ a d-idlu a t-nêer
Mi nruà an-neγli
Nekker-d mi ara kwen-id-nemmekti

S ani tebγam an-nruà

Yuli-d wagu γef Temgué
Akken i d-yuli deg-wulawen
Lεebd akken ibγu teêêuÑ-t
Yeğğa aêar iga afriwen
Lexyal n tmurt ma tettuÑ-t
Di tnafa a d-iêur allen
Kkert ad teddum an-nruà

Yuli-d wagu γef Tleééaé
Amzun yuli-d di lemnam
Amγar i-yezwin tacÑaé
Yekker la iteddu s axxam
Kul ass yettrağu twalaÑ-t
D arraw-is i-yessaram
Kkert ad teddum an-nruà

Argaz ma txuåå-it tidett
Ula i das-d-ixdem limin
Yir aεeqqa yeğğan tirect
D lmal iwmi t-ttawin
Lbaz ma ixuåå-it wedrar
Afrux kan ara das-semmin
Kkert ad teddum an-nruà

Si zik nettruàu
Anda nebγa neddu
Γer tmurt ara nejbu
Asmi ara iÑaq rruà
D ayen i nesεa d ayla-nneγ
S ani tebγam an-nruà

Anta tameslayt
S ur tenéiqem ara
Amkan di ddunnit
deG ur teεfisem ara
Asmi ara d-taweÑ tizi
Lγerba am yiÑes
Làerz-nni a d-yesteqsi
A d-tezzim γur-s

Tγerrbem tcerrqem
Di lberr di lebàer
Tezham tεettbem
Di rrbeà yakkw d cceÂÂ
Win iwmi rrêen wafriwen
Zzher-is yexåer
Yeêra s ani ara yebren
Adrar a t-yeååer

Mkul igenni
Yeêra-kwen tεeddam
Wissen ma ad yili
Wemkan i teğğam
Asmi ara d-taweÑ tizi
TeÂwam neγ teεyam
Làerz-nni a d-yesteqsi
A d-tezzim s axxam

Ccfaya n temêi
Teğğam-tt truàem
D tin i d tinelli
Ara kwen-id-yerren
Asmi ara d-tezzim s axxam
TewwÑem d imγaren
A d-teàkum ayen teêram
I wid ara iruàen

Siwel-iyi-d tamacahut

À une époque où la télévision n’existait pas encore et où, donc, il n’y avait pas de rival pour accaparer notre attention, le conte était un moment savoureux et émouvant qu’on attendait chaque soir avec impatience. C’était aussi un véhicule culturel, garant de la pérennité du génie populaire et un divertissement sain. Par une porte dérobée, on accomplit un voyage à l’intérieur de royaumes insoupçonnés et empreints de mystères jusque-là inaccessibles et dans lesquels on pouvait projeter tous nos fantasmes. Qui n’a pas rêvé d’un monde où le temps, à son gré, peut -ou pas- suspendre son vol, où les animaux se mettent à parler et à philosopher et où les objets familiers commencent subitement à s’animer. Voilà enfin un monde où l’on constate que la frontière entre l’univers des adultes et celui des enfants se défait de sa “plasticité” avant de s’estomper: nous retombons tous dans l’innocente magie de l’enfance. Mais tout cela dépend de la qualité du narrateur, car c’est tout un art que de savoir conter, et de ses dons poétiques.

Ces qualités s’en trouvent réunies, avec la sensibilité en plus et la leçon de morale absurde en moins, dans ce nouvel album de Lounis Aït-Menguellet. “Raconte-moi une histoire”, le bien-nommé est, en fait, en trompe-l’œil position. Le poète, avec sa lucidité coutumière, nous prévient: les bons contes ne font pas forcément les bons amis. Si, dès les premiers couplets, on a réellement affaire à une de ces excellentes paraboles que nos grands-mères nous “mimaient” sur fond de veillée au coin du feu, la suite est moins délectable et est loin de ressembler à ces comptines débitées dans les cours de récréation, histoire d’avoir moins peur de son ombre et de conjurer un quelconque sort funeste. Lounis entre dans la peau d’un personnage dont l’existence a basculé dans une espèce de musée des horreurs, avec comme ingrédients tout ce qui contribue à rendre l’humain le meilleur ennemi de son prochain. Dans ce texte, où le verbe est décliné tout en finesse et en justesse, l’auteur ne juge pas son semblable, se garde de tout penchant malveillant, ne s’érige pas en procureur ou en directeur de conscience. Il donne à entendre une réflexion approfondie, basée sur des faits, du concret, qui renvoie à une réalité qui dépasse souvent la fiction tant le drame se déroule au quotidien dans un pays qu’il est aisé d’imaginer.

Là aussi, il ne s’agit pas d’un conte d’auteur en mal de sensations fortes propres à titiller seulement l’imagination. “Raconte-moi une histoire” nous rappelle, certes, que la majorité des contes est peuplée de créatures horribles et de monstres, nommés en Kabylie
“Tseriel” (l’ogresse) ou “Awaghzniw” (l’ogre), que les amateurs de cinéma et d’images virtuelles compareraient aujourd’hui à Terminator ou à Freddy. Mais, pour mieux en comprendre l’aspect psychologique, il faut savoir lire entre les refrains et fouiller dans les replis les plus profonds des strophes. On s’aperçoit que les résidents permanents des légendes trouvent plus fort qu’eux: l’être humain, quand celui-ci affiche le mépris le plus total pour son alter ego et se considère comme étant en état de légitime démence pour justifier ses exactions et vexations, sévices compris. Lounis démonte précisément les mécanismes de l’hypocrisie, de la lâcheté et de l’angoisse des humains face à eux-même.

L’homme a-t-il peur de se libérer de son oppression et préfère-t-il se voiler impudiquement la face quitte à redoubler de férocité? Aït Menguellet, conte chanté ou conte mis en chant, nous fait part également de nos interrogations et distille quelques vérités élémentaires pas toujours bonnes à dire sous peine d’être exécuté, ajouteraient les tortionnaires.

Cependant, l’album contient d’autres préoccupations et d’autres thèmes dans le droit fil d’une oeuvre entamée en 1967, comme l’immigration vue sous un angle original. Musicalement, Lounis a remis à l’honneur le mandole, joué avec maestria par Djaffar, son fils mufti-instrumentiste, et a doublé les percussions. Et puis il y a cette voix capable de faire passer l’émotion la plus indicible à travers des mots et des mélodies qui, tout conte fait, comptent toujours autant.

Rabah Mezouane

Sans la montagne l’aigle serait appelé moineau.