Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Ay agu -1979-

NOTHING FOUND!

Ay agu

 

Muqlent wallen
Anida ara walint aàbib
Ulac-iten
Ur d-ttawÑen ur qrib
Anida-kwen
S anda truàem
A wid ur nqebbel ara lεib

Ul-iw yugwi
Ad yamen belli tekfam
La kwen-ittnadi
Yettaf-ikwen di nemnam
Anida-kwen
S anga truàem
A wid i γedÂen wussan

Lweàc yezga
Yuγal wul-iw d axxam-is
Γur-i yufa
Yakkw ayen i-ynuda wul-is
Anida-kwen
D lferà-nwen
I s ara yeğğ amkan-is

Lweàc yenna-k
D axxam-iw ara-y-rreγ ul-ik
Tura zemreγ-ak
Ala irfiqen i d afriwen-ik
Widak ruàen
Ulac-iten
Wi ara yilin d amεiwen-ik

Nfiγ akken yakkw nfan
Lameεni ssebba yiwet
Gma mi s-mennaγ leàsan
Yekker-d γer-i ad iyi-iwet
Nfiγ ad beddleγ amkan
Qim a gma krez sserwet

A d-nesmekti lğil yettu
Γef uÑar asmi nezmeÑ arkas
Mi-yeftel i weεdaw seksu
Nekk fetleγ-as-d aàlalas
Asmi tekfa deεwessu
Γliγ ddaw leεnaya-s

Leεnaya-k tecba ameåmar
Yeråan di tesga yeqqim
Nekk a k-d-gganiγ amnaÂ
Seg-ufus-ik ad ččeγ alqim
Si tasaft i d-giγ asγar
Mačči d dderga uγanim

Seg-wasmi beεdent wallen
Ur ctaqent imeééi
Neγ urğant wi ara d-iruàen
Xeråum a t-id-nesteqsi
Mačči d kečč i di-iγaÑen
D akal seg i d-nefruri

A tiziri
I d-idehnen tiγaltin
A tiziri
Anida lliγ
Anida-e-bγun ilin
A tiziri
La kem-ttwaliγ
Akken i la kem-id-ttwalin
A tiziri

Urğiγ lexbar
Yeεdel yiÑelli d wass-a
Urğiγ lexbar
Yeεdel wass-a d uzekka
Urğiγ lexbar
Am unebdu am ccetwa
Urğiγ lexbar
Ttεassaγ mkul lğiha

Yusa-d wagu yufa-yi-d
Mi t-steqsaγ yenna-yi-d :
Ay ameγbun-iw !

Ansi d-tekkiÑ ay agu
Ay agu d-yewwi waÑu
Kkiγ-d ansi d-truàeÑ
S anda akken ur tettuγaleÑ
Ay ameγbun-iw

D acu i teêriÑ ay agu
Ay agu d-yewwi waÑu
ëriγ-d agad i tàemmleÑ
Ur tettεawadeÑ a ten-teêreÑ
Ay ameγbun-iw

D acu i yi-d-infan ay agu
Ay agu d-yewwi waÑu
Seg-wasmi i-yemmut baba-k
I tbeddel targit fell-ak
Ay ameγbun-iw

Ma mazal gma yeàkem
Ay agu d-yewwi waÑu
Aàkim ur nesεi ara aàkim
Anwa ara yagwad ma yeqqim
Ay ameγbun-iw

Mel-i-d ma yella lbaéel
Ay agu d-yewwi waÑu
D atmaten-ik i t-ixeddmen
Mi-y-εyan deg-s a t-neélen
Ay ameγbun-iw

Ihi yemmut lbaéel
Ay agu d-yewwi waÑu
D atmaten-ik i t-ineélen
I la t-id-yessekfalen
Ay ameγbun-iw

S anga i-d-truàeÑ ay agu
Ay agu d-yewwi waÑu
Ceggεen-iyi-d watmaten-ik
I wakken a k-γummeγ iéij-ik
Ay ameγbun-iw

D nnuba-k freà

Ul-iw la iqebber

D ssebba tella

Yugwad lmenkweÂ

Γer-s i d-yestufa

Wissen ma ad yili

Ugwadeγ tili

La ttrağuγ tafat

A tt-tesfeÑ fell-i

Aql-iyi mazal

Ugwadeγ lexyal

La ttrağuγ tafat

Ara d-yesbanen làal

Yenγa-yi uduqes

Yezgan deg-yiÑes

La ttrağuγ tafat

Ahaq ad yekkes

Ugwadeγ tikli

Di éélam yakkw weàd-i

Si mi ara d-tas tafat

As-d a tiziri

Télam ma d ååeàà

Kul mi ara d-yas yefreà

Kkes-it a tafat

S yetri n ååbeà

Iwet-d ubruri

Yessa-d i wedfel

Nurğa-t ad yawi

Γas ma ad iεeééel

Abrid a t-nelli

Kul mi ara t-id-yergel

D nnuba-k freà !

IsuÑ-d waÑu

Yewwi leqramed

Axxam i-yettu

Yebγa a s-iεiwed

Yefna-yaγ an-nru

Ma ad as-nεemmed

D nnuba-k freà !

IsuÑ-d waÑu

Yessufeg aγebbar

Iêri-s a yettru

Yeggumma ad yeqqar

SfeÑ imeééawen-ik

Kker a d-terreÑ ttar

D nnuba-k freà !

IsuÑ-d ubeàri

Si ccerq i d-yekka

Lexbar i d-yewwi

Yuγ-d timura

YewweÑ-d wass-nni

Nettrağu s tuffra

D nnuba-k freà !

Iéij mi d-iÑal

Deg-s i d-yeflali

A das-d-isawal

Akken ad as-yini

Ass-a nniγ-d awal

Yeffren iÑelli

D nnuba-k freà !

Ifer ibawen

Yegman d asawen

xlan-tt-a-εecra

Yeàya-tt-id yiwen

D nnuba-k freà !

Rğu-yi

Leεca wiss d acu yeÑran

S umeğğed taddart teqlaε

Lγaci ffγen-d s izenqan

Tiziri tbedd γef yeêra

Di tafat-nni i d-εeddan

Ayen akken i d-εebban

Yufrar-d nnig iqerra

Azekka-nni mi d-kkreγ

Tiγri n-lεibad ur s-sliγ

Éni neélen-t ur àeÑreγ

Yili di taddart i lliγ

Am-win s-innan A k-wteγ

Yerna a k-ggalleγ

Ma tsuγeÑ ard ad ccektiγ

Ayen akkw i nehder

Wissen ma a d-yehÑer

Yefka-t unebdu i lexrif

Ma nniγ-am åber

TeêriÑ ulayγer

IàfiÑ ååber n bessif

Ma nru ma nehder

Ma nsuγ ma neqber

Ayen êêayen ur d-ittixfif

Rğu-yi, rğu-yi

Nnan wid i-s-issawlen

D lgirra i-yezwaren

Rğu-yi

Rğu ad am-hedreγ

Fiàel ma εeééleγ

TeêriÑ d acu i daγ-yuγen

D abrid ad ruàeγ

Ayen iÑran qebleγ

Lexbar n-wi ara d-yuγalen

Γer din mi ara-y-awÑeγ

Ad am-d-ketbeγ

A m-d-àkuγ i di-yuγen

Rğu-yi, rğu-yi

Widak i-yettÑebbiren

Snulfa-iyi-d aεdawen

Rğu-yi

Γer tmacint uliγ

D irfiqen n-ufiγ

Udem-iw am-wudmawen-nsen

Deg-sen ttwaliγ

Γer-sen ttcabiγ

Yiwen uεekkwaz i γ-yewten

Ma teγlim lliγ

Tellam mi ara γliγ

Di lmeàna-nneγ d atmaten

Rğu-yi, rğu-yi

Ceggεen-iyi ad nnaγeγ

Wissen ahat ma a d-uγaleγ

Rğu-yi

Mi newweÑ ttwennseγ

Deg-waéas yid-neγ

ÊÂεud mbeεεid i s nsell

Mi beddlen beddleγ

Leàwayeğ i-y-kkseγ

Rğant ad i-d-yerr wesfel

Imir-enn ugwadeγ

Di ddqayeq àessbeγ

Wi ara d-yuγalen ad awen-imel

Rğu-yi, rğu-yi

S azrar εellqen-iyi isem-iw

Lemkwaàel ger yifassen-iw

Rğu-yi

Tettuγ-kem tikwal

Yekkes-ikem wuzzal

Yekkes-ikem si ger wallen-iw

Aγebbar azal

Ur àwağen awal

D wid i-itezzin di lmux-iw

Ass yekfan mazal

Azekka a d-yuγal

Sεerqen-iyi leàsab-iw

Rğu-yi, rğu-yi

ÊÂmel s yiéij yeàma

Ikemmel-as rråas yerγa

Rğu-yi

Sliγ taqcict terna

Semmi-yas lehna

Ahat ad telhu d lfal

Neεya di lgirra

D amennuγ neÂwa

Ma ulac a γ-d-iÂjem wakal

Neàzen mi nenγa

Nefreà mi d-neggwra

A s-nekkes nnuba-s i ccwal

Rğu-yi, rğu-yi

Kul wa ad yuγal s axxam-is

Akken ad isfeÑ leğraà-is

Rğu-yi

IÑul s anga nruà

Ay iéij àader ad teγliÑ

La nleààu naddam telliÑ

Nugwad ad aγ-dilàeq yiÑ

IÑul s anga ara nruà

Nessawel-ak-n ma tesliÑ

Neàma nugwad an-nismiÑ

Nessarem ad yid-neγ tiliÑ

IÑul s anga ara nruà

âman yidammen i tikli

Γas akka ifadden-nneγ εyan

NeÑmaε tagmatt di lγaci

Ad neγsen seg-wul wurfan

Γas ma la nteddu àafi

An-netbeε later i γ-d-ğğan

Akken ad aγ-d-lhun wussan

IÑul s anga ara nruà

Tiγilt i-yekfan fell-aγ

A d-tban mazal tayeÑ

Lweqt ittεeddi iεreq-aγ

I daγ-d-icqan d asiweÑ

Leεqel ma yebda yeffeγ-aγ

Γas ma yettnuz a t-id-naγ

A t-nernu qbel a γ-yennaγ

IÑul s anga ara nruà

 

Amcum

A wen-isiwel

Wiss ma a d-terrem awal

Ma tessusmem

Mačči d lmuàal

Nnan di ééiq

I d-yettban werfiq

Ma yella uàdiq

Iεemmed γef ccwal

A wen-isiwel

Yeêra a s-d-teslem

Timesla tban

Wiss ma a s-d-terrem

Yuγal wergaz

I ncuba γer-lbaz

Yeêra aεekkwaz

Iγil-it d azrem

Ufiγ-t-in yeεreq yixf-is

Yekcem deg-ucebbak yeàåel

I t-issawÑen d nnif-is

Yugi ad yeknu zdat ddell

Asmi teslam i ååut-is

Ay iàbiben-is

Kul yiwen anida yecγel

Iqubel ayen iwmi ur yezmir

Iγil yettekka yettkel

Yenwa tellam zdeffir

Ma yeàåel a wen-d-isiwel

Asmi teslam i ååut-is

Ay iàbiben-is

Kul yiwen anida yerwel

Iruà iqubel times

A d-iserwel i d-yeqqimen

Tεawnem-t-id s yiles

Ad iàareb γef-wayla-nwen

Asmi teslam i ååut-is

Ay iàbiben-is

Kul wa d acu i t-in-yeééfen

Tefkam-t γer zdat iruà

Yiwen ur yelli γer tama-s

Fell-awen εziz am rruà

Meεni tewεer lğerra-s

Asmi teslam i ååut-is

Ay iàbiben-is

Lxuf teåεeb ssnesla-s

TettxiÑim mbeεd aseγres

D làeqq mi txedmem akka

Lukan di ternam γer-s

Wi ara iγellten taggara

Asmi teslam i ååut-is

Ay iàbiben-is

Tennam ur yeàric ara

Mi-yendem ifat-it làal

Ifhem ur yeàric ara

Γas akken issakwi-d acàal

D ayen i γef i theddÂem tura

Lemmer ad teslem i ååut-is

Ay iàbiben-is

Ahaqel ur tegganem ara

« Ay agu » ou la révolution qui dévore ses enfants

Le contexte politique de l’époque, fait de répression des libertés et de règne de la pensée unique, a fait que certaines chansons de notre poète (à l’exemple de Amjahed), sans qu’elles aient subi la censure en Algérie, aient été d’abord popularisées par des émissions de…Radio Tanger. À une année avant l’explosion d’avril 1980, Lounis nous donne les éléments de lecture de ce qui va devenir le destin particulier d’une région, d’une culture.

L’album “Ay agu” comprend cinq chansons lesquelles constituent un concentré de sensibilité poétique et esthétique de grande facture, une analyse historique et politique de la situation du pays et, enfin, une ébauche de perspective où les aspirations à la liberté et à la citoyenneté sont clairement exprimées.

Dans cet album, nous retrouvons l’atmosphère de la guerre des sables à travers la chanson “Arǧu-yi”. À part les indications spatiales précises, ce conflit n’est pas situé temporellement. Mais, il est bien dit que « ceux qui gouvernent m’ont crée des ennemis» et aussi « ils m’ont appris que la guerre est prioritaire). Sous forme épistolaire (le soldat du contingent s’exprime dans une lettre à sa femme), “Arǧu-yi” est un chef-d’œuvre en la matière. Outre la dénonciation d’une guerre qui “ne nous regarde pas”, le poème, conduit à la manière d’une épopée, est un véritable hymne à la paix où le lyrisme a aussi sa place. La fille du soldat, qui naîtra en son absence, sera dénommée Lahna (Paix) sur recommandation de son père posté sur le front et dont le seul souci et que la paix se rétablisse.

La chanson”Amcum” est un réquisitoire contre la trahison et l’effilochement des amitiés militantes. Le héros est un élément d’un groupe de militants pour la liberté que son destin offrira en hostie, alors que ses anciens amis s’en désolidarisent.
Les aspirations à l’émancipation et au recouvrement des libertés sont énoncés dans “Ay iṭij ḥader ad teγliḍ” et “D nnuba-k freḥ”.

Quant au titre “Ay agu”, il renvoie à un exilé dont la patrie subit le règne de l’arbitraire. Dans un prélude où la poésie se mêle à la méditation, il s’adresse à ses anciens amis. Il les hèle vainement. Il les retrouve dans le rêve. Il les considère comme la seule voie de secours pour chasser l’angoisse qui le hante et qui le dévore sur une terre étrangère.

Dans un rappel historique, le poète met en scène un pays innommé, mais il s’agit bien sûr de l’Algérie, où toutes les cartes sont brouillées. Ceux qui, hier, furent du côté de l’ennemi sont aux commandes. Ils ont chassé tous les autres, ceux-là même qui “ont préparé la grenaille de plomb” pour l’ennemi au moment où les autres lui préparaient des “agapes”.

Mais, la génération d’alors, happée par les nécessités terre à terre d’aujourd’hui, ne se souvient plus. La mémoire de la nouvelle génération ne s’articule sur aucun relais. Il faut bien procéder à un travail de mémoire. Le héros du poème rappelle que, à la fin de cette “malédiction” (la guerre), il finit par tomber sous la férule et la protection des anciens félons.
Gardant sa fierté et ne voulant céder à aucun clientélisme, il fait valoir l’authenticité de ses racines: “C’est du bois de chêne que je suis fait et non de l’engeance du roseau”. C’est alors qu’il décide de s’exiler laissant son frère aux commandes “se livrer à ses lubies” (“labourer et battre le blé”, selon le texte kabyle).

Ce sont tous les avatars de l’Algérie indépendante qui sont sériés dans ce texte d’Aït Menguellet. C’est la révolution dévoreuse de ses enfants. Exilés politiques, artistes réduits au silence, exilés de la parole libre, bref, tous ceux qui ont subi le retour de manivelle d’un combat dénaturé et perverti par les “légionnaires” de la 25ᵉ heure et les médiocres à qui le destin a curieusement et injustement souri. Une vacuité sidérale hante le pays et un malaise indéfinissable habite les esprits.
Le poète y met une poésie d’une rare beauté faisant intervenir un élément du cosmos, la lune, que l’exilé interrogera par une série de questions. Ici, la lune est considérée comme un élément fédérateur observé par l’exilé depuis son lieu d’élection mais aussi par les amis qu’il a laissés au pays. Subitement, un autre élément de la nature survient. C’est le brouillard. L’exilé engagera un dialogue avec cette masse brumeuse. Il la questionnera sur son lieu de provenance. le brouillard vient du pays du proscrit.
Qu’a-t-il vu ? Il a vu les amis chéris de notre infortuné proscrit. Ce dernier veut savoir si son frère tient toujours les rênes du pouvoir. le brouillard lui répond par l’affirmative en lui faisant observer que c’est un “pouvoir sans brides” qui ne redouterait rien ni personne à vouloir se perpétuer. L’arbitraire continue, lui apprend-t-il. Même si, par intermittences, il est mis en veilleuse, il se régénère. Voulant savoir où se destine exactement le brouillard que ramènent les vents jusqu’au lieu où se trouve le proscrit, cet élément de la nature lui annonce qu’il vient en mission, sur ordre des frères régnant sur le pays, pour voiler le soleil de l’infortuné exilé!

Mordante allégorie à la situation d’arbitraire vécue par l’Algérie pendant tes années 1970 après une révolution sanglante mais prometteuse, “Ay agu” est l’un des textes d’Aït Menguellet les plus élaborés sur le plan du style, du contenu politique et revendicatif et sur le plan de la “narration” si l’on peut se permettre ce concept appliqué à la prose.

Amar Naït Messaoud