Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Anida n-teğğam mmi -1976-

NOTHING FOUND!

Anida n-teğğam mmi

Netta:
Ay irfiqen-iw di tlata
A wid i d-yezzin fell-i
Lmut walaγ-tt attan da
Walaγ-tt la di-d-tettwali
SiwÑet lexbar i yemma
Win ileàqen ad as-yini

Init-as yemmut ur yenéer
Init-as ad teåber fell-i
Ma tectaq ad iyi-têer
Ad tmuqel s udem n mmi
Γurwat aznet-as ååber
Qbel ad ruàeγ ggallet-iyi

Yemmas :
Urgaγ yir targit leεca
Γufren-iyi-d lmeytin
èéfeγ itbir di tala
Seg yifassen-iw i di-t-wwin
Uγaleγ ééfeγ abuqal
Yeγli-yi mazal làiγ
Aman-is sswen akal
IγaÑ-iyi mi t-rêiγ
Mazal akken di targit
Walaγ wi εzizen am rruà
Yenna-yi-d : Ta d ddunit
Kra teééfeÑ ad am-iruà
Ata yusa-d wi ara waliγ
Targit-agi ur di-tehwi
Ttxilek ma a k-steqsiγ
Anida n-teğğiÑ mmi

Arfiq 1 :
Si lxedma n-luzin s axxam
Tafat ur tt-nettwali
Acàal-aya ur nemsalam
Ur t-êriγ ur di-yeêri

Sliγ yes-s ur t-yuγ wara
La d-ilehhu d ccγel-is
Teεweq-aγ akkw lxedma
Wa ur yettmeêra d urfiq-is
Leεtab n-weγrum akka
Aql-aγ ncab am yilis
Si mi ara nernu ddunit-a
Ad texdem deg-neγ lebγi-s

HedÂen-i-d medden fell-as
Ma d tié-iw ur teêri ara
Steqsayeγ-ten kul ass
A d-yaweÑ deg-wussan-a
Iεetteb iman-is aéas
Ad ixdem i taggara
çber kan qrib a d-yas
Ruà ur ttxemmim ara

Sin yerfiqen-iw atniyi
Ma walan-t steqsi-ten
Ahaq a ten-id-iweååi
çåeàà a t-tafeÑ γur-sen
Ayen ara dam-d-yini
D nutni ara t-id-issiwÑen
Fiàel ma tugadeÑ akkenni
Mmi-m ur tesεaÑ i t-yuγen

Yemmas:
Imi-s la yi-d-yeskiddib
Allen-is mlant-d ååeàà
Iàseb-it mmi d aàbib
Tidett yugi a tt-id-yefÑeà
Ad qeddmeγ mačči d lεib
Γer wayeÑ ma a di-yessefreà
Ayen ara d-yini ma ur t-iqlib
Ugadeγ tidett teqreà
Ttxilek a wagi d-yusan
Ur teffer tidett fell-i
Mel-iyi d acu yeÑran
Anida n-teğğiÑ mmi

Arfiq2:
Ğğiγ-t-in yeÂwa rray-is
Seg-widak i-yγurr zzhu
Di lγerba yufa iman-is
Ur d-ittas ur d-ittnulfu
Ur d-ittmekti d warraw-is
Ur d-ittceyyiε ur d-ittaru
Ur d-ittmekti d uxxam-is
Neγ yemma-s yeğğa tettru
Yelha-d ala d rruà-is
Kkes seg-wallen-im udem-is
Mneε-it kan si deεwessu
Akka i tÑerru d lemtel-is
Mi s-tekkes tirêi n-wegris
Lhemm mačči ad as-yecfu

Atan izweğ d trumit
Ad issali axxam ajdid
A s-yaf ixf-is i ddunit
Lxir fell-as ad yettzid
Ur d-ittmekti d teqbaylit
Ur d-ittmekti aggur n-lεid
Amzun iεawed talalit
Yefreà mi s-yenğer webrid
Yeêra yeγÑel tajaddit
Yemàa later-is iεemmed-it
Axxam i-yeğğa ur yebdid
Ruà kan seg-wul-im kkes-it
Lebàer i s-yehwun yečč-it
Ayen rêagen ur d-ittiêid

Yemmas:
Lεib yak ur d-ittnulfu
Deg yiêuran i d-yettcettil
Mmi lemmer ad aγ-yettu
Mačči deg waggur qlil
Kker ay aÑar-iw làu
Tidett ma ad yides nemlil
Ay ul-iw iqebren ttru
TergagiÑ fehmeγ-k aàlil

Ay iminig d-issawÑen
Ttxilek tidett mel-iyi
Zwaren-k-id yerfiqen
Kul wa lexbar d-ittawi
Éeddaγ-d akkw steqsaγ-ten
Nekk cukkeγ leεεben fell-i
Iban γef-wudem-ik leàzen
Anida n-teğğiÑ mmi

Arfiq 3 :
Qim-d a tamγart εzizen
Tidett ur tebÑi γef snat
A m-iniγ lehdu qeràen
Tié-iw ayen illan teêra-t
TecfiÑ i winna ikerrzen
Lexla-s s tidi-s yefsa-t
D akal i t-id-yessekren
I-yezzin fell-as yečča-t
TecfiÑ i wid yemmuten
Mi-y-ddren γelben taswaεt
Deg-yiwet tegwnitt ruàen
Kul wa kra ikseb ixella-t
TecfiÑ i wid yekkaten
Nwan lğehd ur yettfat
TecfiÑ asmi d-ttewten
Kul wa lmektub-is yerna-t
TecfiÑ leàyuÑ mi bedden
Ttqasamen-d i tafat
Mi-y-γlin tàeÑreÑ-asen
Ğğan abrid twala-t

Mel-iyi-d wi ara d-yeqqimen
Aql-aγ necba di tcemmaεt
Mi nefsi nγab γef-wallen
èélam ad idel tafat
Ur illi lekdeb ara yenfaεn
Såeàà iban ubrid-is
A m-iniγ tidett yellan
Rebbi yefra-d ccγel-is
Mmi-m ikellex-as zzman
Nekwni an-neddu di later-is
Mliγ-am tidett yellan
Éuhdeγ-t mi s-medleγ allen-is

Kul yiwen

Kul yiwen lğiha γer imal
Mi tbeddleÑ udem-im fell-i
La têerreÑ iéij mi ara d-ilal
La êerreγ iéij mi ara yeγli

D ccerq i tewwiÑ d ayla
D lγerb i di-d-iåaàen
TedliÑ s iéij-im yella
Dliγ s iéij-iw yerhen

Ay aggur yezzin γur-s
I tewwi weàd-s
Mel-iyi d acu i k-xedmeγ
Yak ul-iw yejreà yuyes
Yella yettwennes
tjeràeÑ-t-id mi-y-uyseγ
Lemmer êriγ zzher d iles
An-nehde an-nales
γeF làeqq-iw ad nnaγeγ

Ma yettas-d γer-m naddam
Nekk la ttεawazeγ i tziri
Nuγal almi nemsefham
Mi s-àkiγ tefhem-iyi

A tiziri d-ittlalen
A m-àkuγ wissen
Ma a d-tfehmeÑ neγ maεlic
Zik-nni akka i d-qqaren
Aêru yegrarben
Muàal ad yejmeε leàcic
D nekkini i tt-ixtaren
Almi nnan medden
Akka i tÑerru d yir aqcic

Txerreq targit

Txerreq targit yes-i
TessakwiÑ-iyi-d s waman
Ansi di-d-tekkiÑ ansi
Mi di-txedεeÑ di laman
Txerreq targit yes-i
Mi-y-ééseγ mebla lawan
Êwiγ alluy d trusi
Almi àeåleγ di lukan

Buddeγ-am lhemm yestufan
A d-ilhu yid-m ass d yiÑ
Ddwa-s leεbad ur t-êran
Tasa-m ad tjerreb asemmiÑ
Rraj i di-d-iàuzan
Ass-enn a kem-iàaz ad twaliÑ

Mi-y-nwiγ ddwa-s nufa-t
Ziγ a d-tettarez tyita
Qbel ad rreγ ddwa i snat
Nnulfant-d tlata
A win ur njerreb ur kkat
Ammar a k-tàaz nnuba
Deg-k ma yella lhemm teêêa-t
Ur irekku ur d-iqellaε
Mennaγ-am i di-tmennaÑ
A n-rreγ lebla γur-m
Ad waliγ akken twalaÑ
Làal ma a m-ibeddel udem
Ayen akken i di-d-tceyyεaÑ
Jerreb d acu i di-yexdem

TerriÑ-iyi azrem d ccac
Ma d tiγirdemt d amessak
TerriÑ udem-iw yestewàac
Lhemm i wayeÑ a t-ittak
Tewwi-d iàder ukermus
Texdem-iyi-d tarkasin
Almi tefka deg-i afus
Temdel kra n tewwurt illin
Mennaγ a s-reÑleγ yiw-wass
Rruà-iw akken a t-twali
Ad têer i-yεeddan fell-as
Lemàayen i deg i-yettili
Teàreq-iyi di lğerra-s
Di çåeàra mebla tili

Ttmektay-d ma tettuÑ
S uγebbar-im ddreγleγ
Asmi tekkateÑ tettruÑ
Siwa ul-iw i sseÑlameγ
Qbel ad i-d-rren leàyuÑ
Amzun d lεid mi tt-muqleγ
Gar-aneγ ttcudduγ lexyuÑ
Win tesγers a t-id-cuddeγ
LexyuÑ-nni sserγeγ-ten
S tmes n Ğihennama
Yeγra kra i daγ-icerken
Γas tewweÑ-iyi-d tyita
Γas ma ééseγ s wul-iw yeàzen
A d-akwiγ mebla ccama
Txerreq targit yes-i…

Anef-iyi kan

Ur êriγ s ani ara γliγ
Am-welqaf i-ycar ufus
Lmeàna-w deg-s ttawiγ
Am ujeγlal yeddem weεrus
Mi ara di-d-muqlen ttseÑàiγ
Am-win mi-yefsi wagus

Tawriqt i-yεeddan tetti
Nuzen-as ttwab i tlufa
Ziγ ad aγ-d-tettmekti
Tuγal-d s anga tella
Imi d abeckiÑ yeγli
Yekfa lbarud i tyita

Kul mi ara d-terzu lmeàna
D wi ur nuklal ara d-txaleÑ
Lbaz mi ara t-teqsed tninna
Ala isγi iwmi d-tessaweÑ
Kul mi ara tcerreg trakna
AÑar ugujil yeγleÑ

Lbaéel izdeγ kul tamurt
Yezga yetti di lmendad
Kul mi ara teγli tsekkurt
Feràen warraw uåeggad
Aferruğ iεuss tawwurt
Γef yemma-s i-yettagwad

Necba deg-uγerbal aqdim
Kukran leεbad a t-Ñeggren
Asmi i-yeééeggir aclim
Yettağğa ssmid yufafen
Taêayert asmi d-teqqim
D amendayer iwmi tt-xedmen

Modestie et sensibilité

Un jeune émigré meurt en exil, avant de s’éteindre, il charge trois amis de faire part de la nouvelle à sa vieille mère restée au pays.
       Le premier mentira en disant à la vieille que cela fait un bon bout de temps qu’il n’avait pas rencontré son fils. Son travail ne lui avait pas permis d’aller lui rendre visite ces derniers temps. Pour se justifier et la convaincre, il lui cite une formule semblable à celle du « Métro-Boulot-Dodo ».
       Incapable d’annoncer une telle nouvelle, le second fera autant. Il mentira lui aussi en inventant une histoire de toutes pièces. Il dira à la vieille que son fils s’est remarié avec une étrangère. Menant une autre vie, il se laisse aller dans les plaisirs de l’existence d’ici bas, oubliant jusqu’au souvenir des us et coutumes de ses ancêtres.
       Il a fallu l’arrivée du troisième émigré pour que la vieille puisse connaître la vérité, savoir que son fils est mort et enterré dans un sol d’un pays étranger. Pour annoncer une telle nouvelle, celui-ci aura recours à un certain nombre de mots, de phrases à la fois pleins de poésie et réconfortantes, mais aussi émouvants, pathétiques et poignants, « souviens-toi du paysan qui sa vie durant défricha la terre en l’irriguant de sa sueur et qui se retourne un jour pour l’ensevelir à jamais », lui dira-t-il en conclusion.
       Il ne s’agit pas là d’un scénario de film, mais d’un thème de l’une des dernières chansons de Lounis Aït Menguellet. Exécutée en duo avec Dahbia, cette chanson est d’une beauté lyrique exceptionnelle en ce sens que le texte et la musique, le fond et la forme se marient merveilleusement. Ils font un tout indissociable. Malgré sa longueur, une vingtaine de minutes environ, on ne se lasse pas de la réécouter. Et il n y a qu’un mot pour désigner une telle chanson: un chef-d’œuvre.
       De tous les chanteurs algériens, Aït Menguellet Lounis est, sans conteste, un des plus admirés. Vedette dans le domaine de la chanson dite traditionnelle, il dispose d’une audience importante et remarquable. Cela nous a été donné de le constater à maintes reprises, notamment lors des différentes soirées qu’il avait donné à la salle de l’Atlas.
       Originaire d’Ighil Bouamas, village situé au cœur même du Djurdjura, Aït Menguellet est agé de 28 ans.
Ses débuts dans la chanson remonte à 1965. c’est à cette époque qu’il commença à s’initier à la musique « sur une guitare ramenée d’Espagne par mon frère ainé, au terme d’un bref séjour dans ce pays », nous disait-il. Quatre ans plus tard, il enregistre sa première chanson (écrite en 1967) qui a pour titre : « Ma truḍ » (Tu crois avoir pleuré). C’était en 1969. Depuis, il en a enregistré bien d’autres.
       À l’heure actuelle, son répertoire compte plus de soixante-dix chansons. « Au début, nous a-t-il dit, c’est Kamel Hammadi qui m’écrivait les textes. Il était en quelque sorte mon parolier. J’avoue qu’il m’avait beaucoup aidé. D’ailleurs sans lui, sans ses encouragements, je ne serais peut-être pas arrivé au stade où j’en suis actuellement ». Après un bref silence, il ajoute : « Depuis un certain temps, c’est moi-même qui écris les textes de mes chansons ». Modeste, Aït Menguellet Lounis évite toute publicité. Son personnage s’éclipse devant son œuvre. Cela est certainement dû en partie à sa timidité que d’aucuns considèrent à tort comme de la mégalomanie.
       Naturellement, à côté de ses inconditionnels admirateurs, il se trouve aussi des personnes pour critiquer l’œuvre de Aït Menguellet. On lui reproche généralement le fait de s’être « spécialisé » dans la chanson du genre « sentimental ». En effet, les thèmes prédominants dans son répertoire étaient, jusqu’à une date récente, l’amour déçu, la séparation, le destin, etc… Tout en reconnaissant en lui un chanteur excellent, plus particulièrement au niveau du mouvement poétique et du maniement de la langue, on lui fait grief toutefois de ne s’intéresser qu’aux sujets sentimentaux.
      Est-il insensible aux problèmes de tous les jours pour ne se consacrer qu’au genre sentimental, se demande-t-on ? « C’est faux ! Rétorque-t-il. Je suis très sensible à ce qui se passe autour de moi. Mais j’avoue que j’étais incapable jusqu’ici de travailler dans ce sens. Certains m’ont proposé des textes à chanter, mais je les ai refusés pour la simple raison que je ne pense pas pouvoir interpréter convenablement un texte écrit, donc ressenti par quelqu’un d’autre ».
       Tout au long de sa carrière artistique qui a débuté en 1969, il a su évoluer tout en respectant la voie qu’il s’était tracée, affirmer sa présence en se renouvelant. Sa force et son succès résident en partie dans l’amour par lequel il interprète ses chansons. Amour qu’il communique facillement au public qui se reconnaît se retrouve dans ses sujets.
       Son dernièr 33 tours contient des chansons très belles. C’est le cas par exemple de celle que nous avons citée au début de cet article. Sortant des sentiers battus, celles-ci ne présagent-elles pas un tournant dans la carrière artistique du chanteur?

M.A.Himeur . 29, 30 Juillet 1977.

La chanson “Si Ixedma lluzin s axxam” marque d’une pierre blanche le thème de l’émigration dans la chanson kabyle. Cette composition pleine de vérité et de tragique avait fait couler des larmes à beaucoup de vieilles femmes de Kabylie qui ont eu à vivre des situations similaires. Le talent de L. Aït Menguellet a consisté à faire d’un poème tragique une oeuvre ouvertement dramatique avec actes et tableaux. La touche du monde onirique est ici
aussi présente avec, cette fois-ci, son attribut prémonitoire. Un émigré malade agonisait au milieu de trois de ses compagnons à qui il disait ses dernière volontés : à leur retour au pays, ils devaient consoler sa mère et lui conseiller de fixer le visage de son petit-fils lorsqu’elle
aurait envie de se rappeler la figure de son fils.
La mère restée au pays fit alors un rêve d’une triste prémonition. Elle reçut la visite des morts, se voit confisquer un ramier qu’elle tenait entre les mains et voit la cruche pleine d’eau qu’elle portait sur la tête tomber par terre et se briser en mille morceaux. Autant de signes de mauvais augure donnent froid dans le dos. Alors, la mère alla s’enquérir de la situation de son fils auprès d’un de ses trois compagnons qui vient d’arriver de France. Celui-ci lui dit ne pas avoir vu son ami depuis longtemps, prétextant le métro-boulot-dodo (manque de temps pour se voir), mais de toute façon, lui dit-il, il va bien puisque d’autres amis lui en ont parlé.
Pour donner le change et conférer du crédit à ses paroles, l’émigré, ami du défunt, a enveloppé son discours d’une certaine morale de la vie où on lit de la résignation et de la fatalité.

“C’est ainsi que nous peinons à gagner notre pain
Chenus que nous sommes comme une toison.
Le temps de continuer ce qui nous reste de vie,
La vie saura bien nous malmener”

La femme subodore une vérité amère que l’ami de son fils lui cache, mais que ses yeux arrivent à trahir. Alors, elle décide d’aller voir le second ami de son fils. Celui-ci l’accueille avec détachement pour donner plus d’assurance à ses paroles. Il lui fait comprendre que son fils était un enfant prodigue, perdu dans l’aisance et la luxure de l’Occident et qu’il ne mérite pas que sa mère se “fasse du mauvais sang” à son sujet. Le but était de mettre fin, même temporairement, aux recherches désespérées de la femme et de tempérer un peu l’affection de celle-ci envers son fils pour la préparer à un travail de deuil. Il est allé jusqu’à inventer à son ami un remariage avec une Française.
Aït Menguellet a usé de très belles métaphores pour faire passer le message, pourtant a priori invraisemblable, de cet ami “contraint” au mensonge :

“Il ne se rappelle plus sa famille ni sa mère qu’il a laissée en pleurs.
Il ne s’occupe que de sa petite personne, Ote son image de tes yeux.
Mais épargne-le de la malédiction.
Ainsi en est-il de son engeance :
Dès qu’il se rétablit des fractures du verglas, Il oublie les épreuves endurées”.

En se rendant chez le troisième ami de son fils, la mère lit la tristesse sur son visage et le lui dit tout de go : “Sur ton visage apparaît la tristesse, où as-tu laissé mon fils ” ? Ici, Aït Menguellet développe une véritable philosophie de la vie en la mettant dans la bouche de ce troisième compagnon. Cette philosophie de la vie ne servira pas seulement à consoler la vieille femme de la terrible nouvelle qu’il s’apprête à lui annoncer à l’occasion de cette fiction dramatique. Le sublime, la lucidité et l’art d’Aït Menguellet trouvent ici toute leur expression.
Pour annoncer la mort de son compagnon à la mère de celui-ci, ce troisième acteur a mis en avant des allégories et des paraboles émouvantes et simple à la fois :

“Te souviens-tu, vieille, de celui qui labourait
La terre, par sa sueur fécondée ?
Cette terre qui l’a nourri
Se retourne contre lui pour le dévorer.
Te souviens-tu de ceux qui sont morts
Alors qu’ils avaient longtemps vécu
D’un clin d’œil, ils ont disparu,
Chacun abandonnant ce qu’il possédait.
Te souviens-tu des tyrans
Qui croyaient leur force éternelle
Et qui un jour ont été battus
Écrasés par la patente infortune.
Dis-moi qui pourrait survivre !
Nous sommes telles des bougies
Qui, fondues, n’existent plus
Les ténèbres envelopperont la lumière”

Le phénomène migratoire en Kabylie. Le thème de l’exil. Par Amar Nait Messaoud.